blog de opinion xalima.com
mis à jour: 25/09 12:35AM



Catégories
Notes récentes
Pourquoi doit-on renflouer l'épave du Joola
[25/09 12:35AM]

Ridicule plainte contre Karim Wade et sa Sœur en France.
[06/09 09:57PM]

Inondations à Dakar ; Causes et ébauches de solutions
[06/09 09:55PM]

Le maintien du sénat : une trahison des Assises
[27/08 08:35PM]

Deux projets à < Mackyer >
[27/08 08:33PM]

[03/11 09:01AM]
Tanor Dieng Candidat ...Avec ou Sans Benno Par Pathé Mbodji (journaliste)
Évaluer le texte  


Avec ou sans Benno, Ousmane Tanor Dieng du Parti socialiste sera candidat à la présidentielle 2012. Et ceci malgré une invite sociale clairement exprimée depuis 2009 et qui se vérifie sur le champ politique depuis. C'est ce qui ressort finalement des consultations sans fin au sein de Benno Siggil Senegaal apparemment instrumenté par le Ps, malgré le jeu financier de Moustapha Niass de l'Alliance des Forces de Progrès.



Tout choix autre que celui du candidat du Parti socialiste ne serait ni "juste" ni "équitable". Et libérerait conséquemment Ousmane Tanor Dieng qui pourrait ainsi postuler à la majorité suprême, en 2012, à côté de celui de Benno Siggil Senegaal. Avec combien de formations et de mouvements internes au cadre unitaire ? Telle est aujourd'hui la seule réalité qui vaille, en dehors de toute autre spéculation, et malgré l'invite très claire des populations sénégalaises à l'opposition appelée à l'unité pour faire face au candidat Abdoulaye Wade.

Le candidat du parti socialiste a ajouté au vaudeville en invitant le comité de facilitation à une "décision juste et équitable" à la veille du 31 octobre, date-butoir pour le choix du candidat de l'unité. La dramatisation sera extrême quand, à la fin théorique, il y a eu un autre report. Malgré les négociations prolongées, collectives ou personnelles, entre les deux candidats laissés seul à seul.

C'est qu'au sein de la coalition, la plus représentative de l'opposition, on en était arrivé au choix final définitif qui allait enfin montrer le vrai visage de ce capharnaüm politique qui ne saurait aller plus loin que ce qu'il est : un moyen d'action collectif qui permet de frapper ensemble mais de marcher séparément par la suite. Mais où chacun se sent sorti de la cuisse de Jupiter pour sauver le Sénégal des griffes de Wade. Mais le chantage déguisé de Tanor formulé en termes de représentativité, de justice et d'équité ramène à une réalité douteuse vieille de dix ans (les législatives de 2002) puisque les autres indices et critères avancés par les socialistes (présidentielle 2007 et locales de 2009) ne sont pas des repères mutuellement acceptés par Moustapha Niasse et son parti (Alliance des Forces de Progrès), Benno et le comité de facilitation. Alors ?
Le choix logique et politique s’accommoderait d'un Niass candidat par son envergure nationale et internationale, par sa fortune (il est prêt à allonger sept milliards pour le financement de la campagne) , il se heurte cependant au bon sens social du Sénégal de l’intérieur et des socialistes pure souche soucieux de se préserver de la vindicte populaire de franges sociales rendant Niass partiellement responsable de la déconvenue générale née de l’Alternance et des espoirs déçus. Acceptable sur le plan intellectuel, la désignation de Niass pêche sur le plan subjectif des relations sociales. Tanor, rompu à la rhétorique, l’a compris entre mai et septembre et a opéré un revirement à 380°.

Car il y a eu changement d'attitude avec un scénario monté en au sein de "Bennoo" est désormais avec le résultat des négociations secrètes entre Moustapha Niass et Ousmane Tanor Dieng visant à la composition du gouvernement de l'An 1 de l'Alternative à l'Alternance. Une véritable république de Weimar (1).

L'entente,du domaine public depuis le 28 mai dernier, à la suite des exceptions soulevées par les formations de Macky Sall (Alliance pour la République), et Landing Savané de And/Jëf , il s'agissait alors pour le reste de Bennoo Siggil Senegaal de s'aligner derrière un candidat unique de transition à la présidentielle de 2012, en l'occurrence Moustapha Niass , nous étions alors dans la période arrêtée des trois ans qui se heurteront, à l’analyse, à l’opinion politique et sociale.

Il faut dire que Niass avait déployé tout un trésor d’efforts pour s'imposer de facto : satellisation des autres formations importantes de "Bennoo" : le Rassemblement national démocratique du Pr Madior Diouf, le Parti de l'Indépendance et du Travail de Dansokho, la Ligue démocratique de Abdoulaye Bathily, une campagne de déstabilisation du Ps avec un appel à la rébellion, notamment avec Khalifa Sall, "récupération" du président du conseil régional Malick Gakou bombardé N° 2 que l'on donnait hésitant entre l'Afp et Karim Wade, etc...

Au fond, Ps et Afp ont cru pouvoir se jouer de tout le monde.

__________

(1) Pathé MBODJE, 30 mai 2011 : « Benno et la République de Weimar »

Trackbacks

    URL Trackback: http://www.xalimablog.com/trackback/8309

Commentaires
Dementi
DEMENTI DU PARTI SOCIALISTE A Monsieur le Directeur de publication du quotidien « L’Observateur » Objet : Démenti Monsieur le Directeur, Dans votre édition de ce jour, vendredi 28 octobre 2011, vous avez annoncé à la « Une », avant de le publier en page 7, sous la signature de Monsieur Harouna Fall, un article intitulé : « Le plan secret de Bennoo ». Cet article nous aurait laissé indifférents, ou en tous cas sans réaction particulière, s’il ne contenait des allégations contraires à la vérité qui nous obligent, pour la bonne information de vos lecteurs, à vous adresser le présent démenti. L’article en cause affirme sans ambages qu’il y aurait eu un « deal », jusque là, tenu secret qui serait intervenu entre les leaders de Bennoo Siggil Senegaal pour le partage des rôles entre eux, notamment le candidat à la candidature et futur Président de la République, la tête de liste pour les prochaines élections législatives et futur Premier ministre, le Président de l’Assemblée nationale, etc. Votre article se poursuit en prétendant que cet accord, ayant fait l’objet d’un consensus, est depuis remis en cause par le Parti socialiste et son leader au fur et à mesure qu’approche la date du 31 octobre 2011. Le journaliste ajoute même que : « la faute est imputée, par certains ténors de Bennoo à…Ousmane Tanor Dieng qui ne semble plus cautionner le plan initial, cherchant lui et son parti à doubler Moustapha Niasse sur le fil ». La suite de l’article, qu’il n’est pas possible de rapporter in extenso ici, est toute aussi grosse de considérations de la même veine, tendant à présenter le Parti socialiste et son Secrétaire général Ousmane Tanor Dieng sous des jours sombres de parjure. Or, le Parti socialiste, qui n’a jamais été pris en défaut de ses engagements et qui ne s’est jamais associé à des négociations secrètes qui excluraient les autres partis politiques, organisations et personnalités membres de Bennoo Siggil Senegaal, reste dans la dynamique de l’unité et du rassemblement autour d’un candidat et d’une équipe, où toutes les forces vives de la Nation acquises aux conclusions des Assises auront toute leur place pour, ensemble, conduire les politiques de rupture et les changements qu’attend notre pays. S’il en est ainsi, c’est parce que le Parti socialiste reste convaincu que le processus défini par Bennoo Siggil Senegaal peut aboutir à la désignation d’un candidat consensuel de l’unité et du rassemblement si les parties prenantes s’en tiennent aux conclusions des différents séminaires, notamment aux critères pertinents arrêtés lors du séminaire du 17 septembre 2011 dans un esprit de responsabilité, d’objectivité et de vérité. A ce jour et à cet égard, aucun « plan secret » ou aucun accord n’est intervenu entre les partenaires regroupés au sein de Bennoo si ce n’est ceux actés par les différents séminaires, notamment celui du séminaire du 17 septembre 2011 sur les dix critères pour la désignation du candidat de l’unité et du rassemblement et sur les cinq autres pour la composition de l’équipe. Le reste n’est qu’affirmation gratuite et aucun membre de Bennoo, ayant le courage de s’exprimer à visage découvert, ni aucune personnalité du groupe de facilitation interrogée ne confirmera l’existence d’un tel « deal » et le fait même que Madame Hélène TINE, personnalité éminente de l’AFP, interrogée à ce sujet, ait affirmé ne pas avoir été informée de son existence, est de nature à prouver qu’une telle information est dénuée de fondement. Monsieur Ousmane Tanor DIENG et le Parti socialiste s’étonnent de la publication de telles informations qui ont pourtant été infirmées par le Secrétaire national adjoint chargé à la communication. Il est vrai que les propos de ce dernier ont certes été publiés, mais juste aux trois dernières lignes d’un entrefilet en bas de page dont le traitement éditorial est sans commune mesure avec celui qui a été réservé aux allégations ci-dessus rappelées qui sont de nature à causer un immense préjudice. En tout état de cause, il y a lieu d’informer vos lecteurs que les informations publiées sont totalement erronées et la non publication du présent démenti selon le même traitement éditorial que l’article incriminé laisserait croire à une évidente volonté de manipulation dans le but de discréditer notre formation politique et de jeter l’opprobre sur son dirigeant. POUR LE PARTI SOCIALISTE Fait à Dakar, le 28 octobre 2011 Le Secrétaire national adjoint chargé de la communication Abdoulaye VILANE
Ecrit par: Dementi | 03/11 11:07AM


Poster un commentaire
Nom:


Email:


3 + 2 = ?

S'il vous plaît écrivez-dessus a somme de ces deux nombres entiers

Titre:


Commentaires:

Code:




Albums photo





Photos récentes
A service of xalimablog.com