blog de opinion xalima.com
mis à jour: 25/09 12:35AM



Catégories
Notes récentes
Pourquoi doit-on renflouer l'épave du Joola
[25/09 12:35AM]

Ridicule plainte contre Karim Wade et sa Sœur en France.
[06/09 09:57PM]

Inondations à Dakar ; Causes et ébauches de solutions
[06/09 09:55PM]

Le maintien du sénat : une trahison des Assises
[27/08 08:35PM]

Deux projets à < Mackyer >
[27/08 08:33PM]

[13/12 01:35AM]
Candidature de Youssou Ndour : diversion ou réalité concrète ?
Évaluer le texte  
Après des balbutiements dans l’expression démocratique juste avant l’indépendance, la culture de parti-Etat unique entretenu par un clientélisme contribue grandement au frein d’une démocratie plurielle. Les quelques opposants marxistes sont confinés dans la clandestinité.
Une décennie après les indépendances, la vie politique ouvre de réelles perspectives : création des quatre courants qui sera suivi par une affirmation intégrale des partis politiques à l’arrivée de Abdou Diouf en 1981.

Malgré un passé électoral centenaire, sociologiquement l’électorat sénégalais est, de base, très conservateur. C’est ce fond qui rythme les élections dont l’affirmation la plus remarquée fut la bipolarisation, jusqu’à l’avènement de l’alternance.

Les élections de 2009, très instructives, ont montré une juvénilisation de la masse électorale qui s’est traduite par l’élection de maires dans des communes d’arrondissements issus de la société civile dans des ville comme Rufisque, Gorée voire même Ngor.

Cette évolution de cette nouvelle ‘Way of life’ de la jeune génération illustrée par la naissance d’un mouvement citoyen tel que ‘Y en a marre’ avec leur crédo Nts (Nouveau type de Sénégalais) veut opérer, certes, un changement de mentalité mais aussi et surtout prononcer la sentence de mort des partis politiques qui incarnent des anti-valeurs, du Ps au Pds.

La candidature de Youssou Ndour, sans expérience politique, avec un niveau d’instruction pas reluisant, peut être comparé à celle de Georges Weah au Libéria face à Helen Johnson Sirleaf. Wheah ballon d’or de France football pensait transformer son aura sportive dans le jeu politique. La désillusion s’en est suivie. Si le raisonnement s’arrêtait là, Youssou Ndour pourrait connaître le même déboire.

En Haïti, après avoir empêché le chanteur Wycleaf Jean de se présenter, un autre chanteur sera plébiscité après un grand brouillage né de crises politiques entre partis et des politiciens jugés véreux par les populations.

Ce même brouillage est perçu au Sénégal, déclenché par les intellectuels d’abord par la violation flagrante de la Constitution, l’affirmation des intérêts crypto-personnels des grands partis de l’opposition pour choisir un candidat dans Bennoo Siggil Senegaal. Ce manque d’alternative au pouvoir libéral est de nature, soit à laisser les populations se résigner ou à choisir autrement.

Sans risque de se tromper, une candidature du ‘roi du Mbalax’ n’est opportune que si elle est soutenue par un programme de Sénégalais reconnus intellectuellement solides et moralement forts. Dans ce cas, il incarnera un leader communautaire qui parlera aux Sénégalais d’orientations bien tissées par une direction politique prenant source dans une démocratie participative. Le cas de Lula, au Brésil, est édifiant à cet égard.

Cheikh M.R.DIABAYE

Trackbacks

    URL Trackback: http://www.xalimablog.com/trackback/8447

Commentaires

Poster un commentaire
Nom:


Email:


5 + 2 = ?

S'il vous plaît écrivez-dessus a somme de ces deux nombres entiers

Titre:


Commentaires:

Code:




Albums photo





Photos récentes
A service of xalimablog.com